13
May
2016
0

Comment choisir sa nouvelle carrière

J’ai une bonne tolérance au changement. Je n’ai jamais laissé la peur de l’inconnu dicter ma vie et c’est probablement parce que j’ai l’habitude de bien rechercher un sujet avant de me lancer. C’est donc ce que j’ai fait avant de choisir de retourner aux études. Parce que, bien franchement, ce n’a pas été la décision la plus facile à annoncer à mon copain alors j’ai préparé mes munitions! Voici quelques pistes de réflexion qui m’ont aidé et qui pourraient aussi vous aider si vous voulez explorer un changement de carrière!

Pourquoi est-ce que je veux changer de carrière?

Est-ce que c’est une solution permanente à un problème temporaire comme l’échec que j’ai subi en entreprise ou est-ce que c’est un vrai problème qui mérite d’être adressé de façon aussi drastique?

Je fais des exercices de visualisation au moins une fois par année et je ne me suis jamais vue comme graphiste dans ces projections dans le futur. Ça m’indique que le changement de carrière traîne dans mon subconscient depuis plusieurs années et que ce n’est pas un coup de tête. Je sais également quels éléments du domaine du graphisme je veux éviter et quels aspects de la psychologie je veux incorporer à ma vie grâce à ce changement.

Est-ce que j’ai choisi le bon domaine pour moi?

Avant de prendre ma décision, je voulais m’assurer que le métier de psychologue est vraiment quelque chose qui m’intéresse et que je me vois faire pendant de longues années. Pour y arriver, j’ai contacté plusieurs personnes.

Tout d’abord, j’ai parlé avec un de mes amis qui a fait le Bac en Psychologie afin de savoir pourquoi il n’avait pas poursuivi dans ce domaine. Pour lui, il était difficile de ne pas ramener le travail et la détresse des autres à la maison.

Ensuite, j’ai parlé avec un de ses amis qui est en train de terminer son doctorat en psychologie. Il m’a parlé des différents styles d’enseignement au Bac et au Doctorat, de la compétition qui existe entre les étudiants pour se tailler une place au 2e cycle et de la progression de nos compétences au travers des années.

Enfin, j’ai pris rendez-vous avec une psychologue de Québec pour qu’elle me parle de la relation client, du travail au quotidien, de la difficulté d’avoir sa propre pratique et des différentes écoles de pensées.

Malgré les aspects négatifs ou les difficultés soulevées, ma motivation n’a pas flanché. Visiter le bureau de la psychologue et me projeter à sa place dans 10 ans m’a vraiment fait vibrer. J’ai donc renouvelé mon engagement face à mon changement de carrière.

J’ai également acheté quelques manuels pour voir de quoi il est question dans les cours et j’ai été agréablement surprise par la profondeur des réponses que j’ai pu trouver dans ces livres. Un autre point qui attise mon impatience de commencer mon parcours!

Est-ce qu’il y a d’autres alternatives qui pourraient m’intéresser?

J’ai regardé plusieurs programmes avant de choisir la psycho. J’ai envisagé le bac en orientation, le bac en service social et la formation de coach. Cependant, il y a certains aspects qui ne me plaisaient pas dans ces formations soit: le focus sur le système scolaire, l’intervention forcée (où la personne aidée n’est pas prête à recevoir de l’aide) ou le manque de connaissances théoriques.

La formation en psychologie, quant à elle, semble être un match parfait! Donc, pour l’instant, je suis très positive que c’est le bon choix. Il ne reste plus qu’à voir si je suis une bonne étudiante!

Leave a Reply