24
Aug
2014
0

La somme des parties

Je vous ai glissé, la semaine dernière, un mot à propos du livre que j’écris, ce guide sur la découverte et définition de soi. L’idée m’est venue après être passée par plusieurs évènements qui m’ont permis de finalement assumer mon rôle d’entrepreneur. Ça peut sembler étrange à dire, mais avoir mon entreprise ne m’étais jamais passée par la tête étant enfant. Je ne l’avais donc jamais associé à ma personnalité.

Malheureusement, après mon premier draft fin avril, j’ai eu énormément de difficulté à trouver de la motivation et de l’inspiration. Le doute y est pour beaucoup, mais au-delà de ça, je me suis rendue compte que c’était à cause de mon emploi du temps.

Les affaires roulent bien pour l’entreprise et nous sommes très occupées, mais ce n’est pas le manque de temps qui pose problème. Nous avons décidé de séparer les tâches en deux, développement des affaires et production. C’était la façon la plus efficace d’assurer la croissance de l’entreprise. La conséquence inattendue est que je passe mes journées devant l’écran et que je ne sors presque plus. Les activités entrepreneuriales se font rares.

Il est donc beaucoup plus difficile pour moi de me mettre dans le bon état d’esprit pour rédiger mon livre. Malgré le fait que je sais que je suis entrepreneure, mes actions ne le reflète pas et donc mon cerveau refuse de s’identifier comme tel.

Lorsque Aristote dit que nous sommes la somme de nos actions, il a bien raison. C’est de rencontrer des gens, d’innover, de créer et de développer qui font d’une personne un entrepreneur. Faire du design fait de moi une graphiste. Pas étonnant, dès lors, que je cultive un sentiment d’imposteur et que je repousse sans cesse l’écriture de mon livre.

En identifiant les causes de mon comportement, j’ai pu commencer à le corriger. C’est, entre autres, pour cette raison que j’ai finalement ouvert le blog. Un article par semaine est une bonne pratique pour m’aider à m’identifier comme auteure sur la croissance personnelle.

J’en conclue qu’il faut donc bâtir la personne que nous voulons être une habitude à la fois.